La page de Luc Caron

POD.jpg
montage-amasweb.jpg
b143-FinalView-12juin2021-aokweb3.jpg
b174-12juin2021-final-aokweb3.jpg

J'ai enfin reçu mon POD que j'ai installé dans ma cour  arrière à Lévis (voir photo ci-dessous). Enfin de l'astronomie comme à St-Luc soit à l'abri du vent, bien installé et sans surprise du genre moufette en balade nocturne. 

Le 18 j'ai pointé le Soleil et le 19 la Lune, voici quelques résultats ci-dessous.

mosaic-xweb.jpg
20_40_21-GRADEAVG-Best2Per-2AP-19juin2021-cweb.jpg

Les 14 et 15 août encore un combo planètes-Soleil. Pour les planètes Saturne et Jupiter la nuit du 14 m'a offert de meilleures conditions d'observation. Au réfracteur 73 mm et powermate 5 X. Des photos prises sans et avec filtres jaune, vert, orange ou bleu. Les images finales sont des intégrations de ces prises sans et avec filtres. 

Pour le Soleil ce sont les protubérances qui attirent l'attention, deux belles projections sur les limbes. Aussi quelques-unes visibles en surface. Une vue rapprochée d'une des protubérance tout en chevelure au Coronado double filtre H-alpha avec le powermate 2 X.

Puis le 16 août enfin une soirée à St-Luc ! Une première photo prise ce soir-là ci-dessous, SN 2021 rhu, une supernova dans la galaxie NGC 7814 située à 60 millions d'années-lumière. Donc, il y a peut-être une civilisation qui a disparue lors de cette explosion d'énergie pure alors que les dinosaures se promenaient sur Terre.  

Ensuite, j'ai pointé la nébuleuse du Fantôme près de Navi (30 poses de 120 sec), M 74 (30 poses de 120 sec) dans la purée humide à l'horizon, NGC 663 et les autres amas de ce coin de ce ciel (30 poses de 120sec) et les Pléiades (20 poses de 120 sec). 

CombineFilesMed-saturne-15août2021-dweb.tif
CombineImagesTarget_1-soft-cweb.jpg
Jupiter-saturne-7sept2021-dwebok.jpg
pool-jupiter serie1-aokweb.jpg

Le 7 octobre je suis retourné à St-Luc pour faire du grand champ avec ma  monture portable Star Adventurer de Sky Watcher. Les photos sont prises avec ma Canon SL3 modifiée et une lentille 70 mm f/4.

 

J'ai pris près de 400 images ce soir-là. M 45, 8, 20, 16, 17, 11 et un paquet de LDN puisque je photographiais en plein dans la Voie Lactée.

Ci-dessous, la région M 8 et M 20, la région M 11 et M 16, M 16 et M 17 puis la région d'Altair. Pour ces photos il s'agit d'une intégration de 60 poses de 20 sec à ISO 1600. J'ai fait une mosaïque de la région M8, M16 et M 11.

FinalView-m8-7oct2021-superok-bwebbin.jpg
Image17-M11-7oct2021-net-dok-webbin.jpg
FinalView-m16-7oct2021-bokwebbin.jpg
finalview-altair-abe-7oct2021-bwebbin.jpg
voie lactée.jpg
Jupiter et lunes-bweb2.jpg
23_47_32_lapl6_ap185-bweb.jpg

Une reprise du traitement et du cadrage de M 27, M 81, M 82, M101, M 51 et M 100 prises à St-Luc à l'été 2021.

m27-eeok.jpg
Image15-m81-a-net-dokweb.jpg
Image16-net-dokweb.jpg
Image04-net-dweb.jpg
Image14-net-dokweb.jpg

Repise et recadrage de M 13, Caldwell C 12 et le Pélican prises en 2021.

m13-net-dokweb.jpg
Image15-net-dokweb.jpg
Image17-net-dokweb.jpg

Reprise de M 31 et NGC 7380 prises en 2021.

Image14-net-dokweb.jpg
Image18-net-eokwebbin.jpg
Image04-net-fokweb.jpg

Des reprises du traitement des images des nébuleuses PacMan, la Grotte, Caldwell C 31, NGC 7822 et la Californie. 

Image04-net-eokweb.jpg
Image15-net-dokweb.jpg
Image16-net-dokweb.jpg
Image04-net-dokweb.jpg
FinalView-d-x-okweb.jpg
calif-net-dokweb.jpg

Enfin, mon observatoire à Lévis est de nouveau en opération puisque les températures plus clémentes des derniers jours le permettent. J'ai donc profité d'un ciel bleu pour photographier le Soleil en H-alpha et lumière blanche. Aussi, ce fut la première lumière pour mon nouveau prisme de Herschel qui remplace mon filtre solaire Astrozap. Un meilleur contraste et plus de luminosité, ça parait! Vous avez les versions noir et blanc et couleur.

 

Je travaille également sur mes images de 2021 en utilisant de nouveaux outils du logiciel Pixinsight de manière à ne pas perdre la main au traitement. Ci-dessous, la Tête de Cheval et M42 prises à Lévis. Aussi, NGC 7000 prise à St-Luc.

tete-net-eokweb.jpg
Image31-net-dokwebb.jpg
ngc7000-net-dokweb.jpg

Une reprise du Pélican prise à St-Luc en 2021 un soir de Lune. Le filtre UHCS de Baader permet de photographier les nébuleuses dans ces conditions difficiles. Le seul hic, les halos que génère ce filtre autour des étoiles majeures posent des problèmes au traitement d'image.

HvAZjnWMQfd1_2560x0_n1wMX-gx.jpg

Cette année je me suis équipé d'un spectro Alpy 600 de Shelyak dédié aux étoiles, on peut faire un tas de choses comme nous l'avons vu avec Pierre et Clermont dans la section spectrométrie. La différence entre l'Alpy et le système de Clermont et Pierre c'est qu'il est conçu pour les télescopes à f/5 au lieu de f/10. Donc, si je voulais l'installer sur le télescope Meade SCT de Ste-Catherine je devrais ajouter un réducteur de focale. J'ai l'intention éventuellement de l'essayer sur mon Meade 8 pouces avec un réducteur de focale mais pour cet été je travaillerai essentiellement avec mon réfracteur 73 mm 430 mm à f/6.

En fait, mon observatoire à Lévis sert pour suivre le Soleil en H-alpha et en lumière blanche alors, mon Coronado et le réfracteur 73 mm sont montés en tandem sur une plaque duo. Ainsi, faire alterner ce montage de télescopes dédiés au Soleil avec le SCT 8 pouces sur la monture c'est pas très convivial. L'observation du Soleil peut se faire rapidement seulement si tout est prêt dans l'observatoire et avec la météo du Québec, bien souvent, j'ai seulement une heure d'ouverture entre les nuages pour prendre mes photos. Enfin, pour débuter ce sera le réfracteur qui servira à recevoir l'Alpy 600.

Un petit gadget que vous pouvez voir sur l'image ci-dessous, comprenant une caméra ZWO 183 MM monochrome refroidie suivi du spectro, d'un module de guidage avec caméra guide puis de l'unité de calibration qui comprend une lampe blanche pour faire les flats et une lampe Néon-Argon pour étalonner les spectres.

 

C'est ce dernier module qui me permet de positionner les bandes du premier spectre du ciel que j'ai pris cette pm afin de me familiariser avec cet instrument et faire les ajustements d'orientation et de mise au point des différentes composantes du système. Aussi, vous avez sur le graphique ci-dessous le spectre visible en couleur surimposé au spectre du ciel qui  prédomine dans le bleu évidemment.

 

Un autre avantage de l'Alpy 600 est qu'il est accompagné d'un logiciel de traitement et d'acquisition d'images qui lui est dédié spécifiquement. Alors, le logiciel peut vous assister tout le long du processus pour acquérir les images dark, flat, biais, étalon et spectrale qui sont nécessaires à la production finale d'un spectre d'allure professionnelle. D'ailleurs, le spectre du ciel ci-dessous est produit avec l'aide de ce logiciel. C'est vraiment complet comme soutien, mais ça a représenté une bonne journée de tripatouillage logiciel et d'ajustements de l'instrument pour y arriver. La prochaine étape, faire ça dans le noir sur une étoile.

Nouvelle observation_20220326T150327.png
Alpy600web.jpg

J'ai réussi à prendre mes premiers spectres d'étoiles le soir du 4 avril. Comme pour toutes les premières fois, des problèmes techniques se sont présentés. La mise au point de l'image avec la caméra guide qui contrôle le centrage des étoiles dans la fente du spectro et qui également assure le suivi du guidage n'a pas été facile. Après, un certain temps j'ai finalement compris que c'était le tube de mon réfracteur qui n'était pas assez long, il manquait quelques mm pour obtenir le focus, j'ai donc rajouté une bague rallonge et voilà mon ennui majeur s'est évaporé.

 

L'autre hic consistait à centrer les étoiles sur la caméra guide qui est montée hors axe. Puisque le champ de cette caméra est limité par la dimension du miroir de la fente qui redirige la lumière vers la caméra guide, il faut que le pointage du télescope soit bien aligné avec le télescope guide.

Une fois réglé tous ces aléas, j'ai pointé deux étoiles majeures soit Regulus et Denebola. Le but de la soirée était d'arriver à produire des spectres complets et calibrés. Pour y arriver, il y a une série de darks, biais, flats à prendre et aussi des images de calibration à partir d'un module qui contient une lampe Argon-Néon. Bien sûr, il y a le spectre des étoiles également à prendre. J'ai été agréablement surpris de la facilité à placer et maintenir l'étoile dans la fente du spectro. Il faut dire que le système de spectrographie est monté sur un réfracteur 73 mm f/5,9 alors pour le guidage ça donne une chance. Il est nécessaire de prendre une série de photos avec des temps de pose ajustés selon la magnitude des étoiles et de la caméra utilisé (ZWO 183 monochrome). Les temps de pose variaient entre 5 et 20 sec pour les spectres. Les flats nécessites 15 sec d'exposition avec la lumière blanche du module de calibration et les images des raies de la lampe Argon-Néon de 15 à 20 sec.

Vous avez plus haut la photo du spectrographe Alpy 600 de la compagnie Shelyak.

Le lendemain ce fut le traitement des images. J'ai utilisé le logiciel Demetra de Shelyak qui a été conçu spécialement pour l'Alpy 600.  C'est simple et compliqué à la fois, mais le travail en vaut la peine car si les images sont prises correctement on obtient un spectre d'allure professionnelle. S'il y a un pépin avec les automatismes du logiciel on peut suivre pas à pas les étapes et comprendre ce qu'il faut corriger. Mais j'avoue que je me suis arraché quelques cheveux pour produire les spectres ci-dessous.

Regulus_Denebola_corrigé.jpg

Le 20 avril après une journée de vent et de pluie le ciel se dégage vers 20h me permettant de m'installer dans mon observatoire à Lévis pour de la spectro d'étoiles. 

Ce soir, j'ai choisi quatre étoiles de classes spectrales différentes. Alkaid B3V, Alphecca AIIV, Muphrid GOIV et Arcturus KI.5III. À noter que Muphrid est une étoile très semblable à notre Soleil. Arcturus une géante rouge en fin de vie, Alphecca est une binaire à éclipse (+/- 3%) avec une période de 17 jours... Et finalement , Alkaid une étoile dont la surface frôle les 20 000 K.  À ce que j'ai lu, cette étoile tourne à grande vitesse ce qui explique que les raies d'absorptions de l'hydrogène sont plus larges. Alors, en gardant ces caractéristiques en tête on comprend mieux les spectres. 

Il faut dire que ce sont également les étoiles qui m'étaient accessibles ce soir-là. Dans le fond de ma cour, j'ai plein de contraintes : arbres, bâtiments, fils et éclairage de rue. Enfin, pour compenser la salle de bain et la cafetière sont pas loin, un avantage sur St-Luc.

Aussi, le lendemain matin (le 21) j'ai ouvert l'observatoire très tôt vers 7h30 pour pouvoir saisir le grand amas de taches solaires qui traverse la surface du Soleil actuellement.  Avec le mauvais temps prévu pour les prochains jours, la fenêtre d'observation était courte. D'ailleurs, à 9h00 le ciel se voilait mais, j'ai réussi tout de même à prendre mes photos entre les branches et avant les nuages. Vous avez la paire H-alpha et lumière blanche ainsi qu'une version mettant plus en évidence les protubérances.

spectres du 20 avril 2022.jpg

La nuit du 23 avril j'ai pointé M 100 avec le  réfracteur Zenith star 73 mm et la caméra Zwo 178 MM. J'ai pris 30 poses de 1 min avec le filtre UHCS de Baader et 30 poses de 2 min avec un filtre H-alpha 35nm. 

 

Aussi, j'ai utilisé ma zwo 178 MC au lieu de la starshoot pour guider le télescope... J'aurais du faire ça avant car cette caméra est beaucoup plus sensible et efficace. De plus, la rapport entre le télescope et le télescope guide est bien meilleur ce qui m'a permis un suivi plus précis et sans soubresaut. La photo originale est évidemment en noir et blanc, je vous la soumets en fausse couleur. 

 

Le lendemain, j'ai pris une photo du Soleil avec le même réfracteur et le prisme de Herschel... Incroyable cet amas de taches solaires.

Merge1-ha2-L-L-net-dokbweb.jpg
Sun_095601_lapl6_ap311-cokwebok.jpg

La première soirée à St-Luc hier soir le 1 mai... fort agréable de se retrouver dans l'observatoire avec mes bébelles. J'ai partagé la soirée avec Jeff et Clermont.

 

Ciel magnifique, c'est rare, faut en profiter quand ça passe. Aucun nuage d'un bord à l'autre de la nuit.  J'ai testé ma nouvelle caméra mono Zwo 183 avec un kit de filtres L-RGB de la compagnie Astronomyk.. (7 mois d'attente pour la livraison). Paramètres de la caméra : gain 130 et refroidie à -10C. Pour les conditions météo : 75% d'humidité à 2 C en fin de nuit.

 

35 poses de 60 sec en R

35 poses de 60 sec en G

35 poses de 60 sec en B

 

J'ai aussi 35 poses de 60 sec en luminance mais l'intégration de la luminance crée des artéfacts. Alors d'ici que je comprenne ce qui se passe voilà l'assemblage RGB ci-dessous.

rgbm13-cokweb.jpg

Une série de journées de beau temps qui m'ont permis de suivre le Soleil intensément. Voici quelques photos prises les 5, 6, 8, et 9 mai

09_16_01_lapl5_ap141-dokweb.jpg
Soleil-LB-5mai22-aokweb.jpg
09_04_20_lapl5_ap508-dokweb.jpg
09_15_00_lapl5_ap174-dokweb.jpg
09_18_38_lapl5_ap108-cokweb.jpg
09_10_35_lapl5_ap674-dokweb.jpg
09_10_11_lapl5_ap583-dokweb (1).jpg
09_14_35_lapl5_ap214-dokweb.jpg

Le soir du 6 mai à St-Luc j'ai refait M 13 en LRGB. 35 x 60 sec pour chaque filtre. Aussi,  j'ai eu le temps de faire 1 heure de pose en luminance pour l'Iris.

m13-RGB-6mai2022-cokweb.jpg
c4-L-6mai22-ori-a-net-dokweb.jpg

Encore un magnifique Soleil aujourd'hui le 10 mai

09_22_58_lapl5_ap574-eokweb.jpg

Mes spectres de la nuit du 10 mai. Je visite chaque fois Arcturus et Alphecca, d'abord elles me servent de références dans mes corrections atmosphériques et je les surveille un peu pour des changements. Alphecca est une binaire à éclipse et Arcturus en fin de vie... On sait jamais! 

Ce qui est intéressant cette fois-ci c'est le spectre de Shelyak, c'est une binaire à éclipse qui échange de la matière avec sa compagne la plus proche. Cela crée un disque d'accrétion autour de la compagne qui émet alors des jets de matière le long de son axe de rotation. Les deux raies d'émission de l'hydrogène H-a et H-b sont les résultantes des émissions de photons par l'hydrogène excité de ces jets.

Vindemiatrix est une étoile dans la même classe que notre Soleil, toutes les autres étoiles étudiées lors de cette soirée, sauf Arcturus, exhibent des raies prononcées de la série Balmer puisqu'elles sont dans les classes B et A. 

Dans l'image ci-dessus j'ai classé les spectres selon leur type spectraux, des plus chaudes au plus froides :

Shelyak B

Vega A0

Alphecca A1

Heze A2

Vindemiatrix G8

Arcturus K1

J'ai aussi tenté le spectre de l'amas Messier 3... disons que je ne sais pas trop quoi penser de mes résultats car le spectre est très étalé et diffus. Enfin, c'est peut-être un peu en dehors des capacités de mon système consistant en un réfracteur 73 mm et de l'Alpy 600.

spectres du 10mai.jpg

Soleil du 13 et 18 mai. En prime une vidéo de la dans des protubérances

08_21_48_lapl5_ap561-xxx-dokweb.jpg
protubérances mouvements 18mai.gif
09_43_46_lapl5_ap1013-dokbweb.jpg
10_26_31_lapl5_ap1182-cokweb.jpg
10_02_07_lapl5_ap433-dokweb.jpg

Aujourd'hui le 23 mai la matinée a été propice pour le Soleil. J'ai traité ces photos avec un nouveau logiciel spécialement conçu pour les photos planétaire et solaire.

Voici mes résultats en lumière blanche au prisme de Herschel et en H-alpha au Coronado 60 mm double filtre.

08_35_42_lapl5_ap1177_LSW-dokweb.jpg
08_54_55_lapl5_ap636_LSW-j-dokweb-b.jpg

Soleil du 25 mai en H-alpha et animation des protubérances sur un intervalle de 25 min

08_35_48_lapl5_ap761_LSW-dok-bwebb.jpg
protu-animation25mai.gif

Le 24 mai j'ai fait de la spectro à Lévis. D'abord, je voulais tenter une nébuleuse planétaire M 57 et aussi faire un retour sur Sheliak pour voir si je pouvais avoir des résultats différents du 11 mai dernier. 

Pour M 57 j'ai été étonné des résultats pour 5 images de 3 min prise au réfracteur 73 mm. On voit clairement les raies d'émission  de O lll, N ll, H-alpha et beta.

Concernant Sheliak je détecte un dédoublement de la bande d'émission H-alpha, une configuration différente du 11 mai comme vous pouvez voir ci-dessous. Sheliak est une étoile double et c'est changement dans la raie d'émission nous indique le déplacement de ces deux étoiles l'une autour de l'autre. Lorsque j'aurai assez de donnés, je pourrai estimé les vitesses et les masses de ces deux étoiles. Tout ça avce un réfracteur de 73 mm placé dans le centre ville pollué par la lumière de Lévis. Incroyable!

M 57 spectre ok.jpg
M 57 raies identifiées.jpg
shelyak23mai_20220524T035302.png
double bandes h-alpha (6562).jpg
Sheliak 11 mai bande h-alpha (6562).jpg

Le 28 mai enfin le ciel a été clément pour une soirée de photos à St-Luc. La dernière sortie remontant au 8 mai.

Bien que de la brume se soit installé vers 23h au sud et à l'ouest, le nord et l'est sont restés dégagés. J'ai donc choisi de photographier les régions de Sadr et du Pélican qui semblaient à l'abri des passages nuageux. Toutefois, avec une humidité au-dessus des 90%, il fallait se méfier de la condensation sur les lentilles.

Ci-dessous au réfracteur 80 mm Stellarvue avec la caméra Canon SL3, le résultat de Sadr pour 40 poses de 120 sec à ASA 400 et 30 poses de 2min pour le Pélican.

FinalView1-sadr-28mai2022-bokwebbin.jpg
pélican-28mai2022-bok-bwebbin.jpg

Le soleil du 1 et 2 juin

08_59_31_lapl5_ap288_LSW-dokweb.jpg
12_27_06_lapl5_ap321_LSW-dokweb.jpg

J'ai analysé mon spectre d'Arcturus de façon à démontrer que cette étoile est bien de classe K selon un arbre décisionnel élaboré à partir des bandes de Fraunhofer. J'ai choisi Arcturus car il me permet de me rendre jusqu'au bout de cet arbre.

 

Ci-dessous, vous trouverez le raisonnement et mes résultats. Plus bas, les extraits de mes spectres d'Arcturus avec les bandes identifiées qui ont servi à ma déduction.  

 

Arbre décisionnel pour le classement des classes spectrales.

 

Y a-t-il des bandes du Ca ll K et H?

Non : étoile de classe O ou B

Oui : Quel est le résultat du rapport des intensités des bandes Ca ll K/Hγ?

= 1 : étoile de classe A5-A9

< 1 : étoile de classe A0-A5

˃ 1 : quel est le résultat du rapport des intensités des bandes Ca ll K/H?

= 1 : y a-t-il une bande G? Oui : étoile de classe F3-F9, non : étoile de classe F0-F3

˃ 1 : y a-t-il une bande de Mn?

Non : étoile de classe G

Oui : quel est le résultat du rapport des intensités des bandes G/TiO?

˂ 1 : étoile de classe M

˃ 1 : étoile de classe K

 

Ca ll K (3934)

Ca ll H (3968)

G (4300-4310)

Hγ (4340)

Mn (4031 et 4036)

TiO (5168)

 

Pour les mesures du tableau ci-dessous, j’ai évalué sur le spectre d’Arcturus les intensités des bandes (P) en mesurant la hauteur de la bande (I)/hauteur du continuum correspondant (Ic) en pixels.  P = I/Ic.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si j’applique mes résultats à l’arbre décisionnel ci-dessus j’obtiens :

 

Y a-t-il des bandes du Ca ll K et H?

Oui : Quel est le résultat du rapport des intensités des bandes Ca ll K/Hγ?

0.79/0.19 = 4.16

Donc ˃ 1 : quel est le résultat du rapport des intensités des bandes Ca ll K/H?

0.79/.069 = 1.14

Donc ˃  1 : y a-t-il une bande de Mn?

Oui : quel est le résultat du rapport des intensités des bandes G/TiO?

0.46/.35 = 1.31

Donc ˃ 1 : Arcturus est une étoile de classe K.

tableau acturus.jpg
arcturus-a-sectiona.jpg
arcturus-a-sectionb.jpg

Enfin une ouverture pour le Soleil le 12 juin au matin... Un printemps désastreux pour l'astronomie cette année.

09_24_41_lapl5_ap298_LSW-ebok-bweb.jpg

Encore une ouverture du ciel le 14 juin au matin vers 3h ce qui m'a permis de prendre deux spectres d'étoile juste avant  l'arrivée de la brume du matin. Plus tard, au lever du Soleil, le ciel s'est dégagé à nouveau juste le temps de prendre quelques photos en H-alpha. On l'a pas facile cette année !

09_09_03_lapl5_ap392_LSW-dokweb.jpg
09_09_54_lapl5_ap369_LSW-dokbweb.jpg

Une autre ouverture du ciel qui m'a permis de prendre des photos en lumière blanche et H-alpha. 

La saisie de tous ces groupes de taches solaires est bien intéressante en lumière blanche. Ça explique toutes les turbulences du H-alpha.

10_14_13_lapl5_ap316-xcol_LSW-cokweb.jpg
10_10_24_lapl5_ap368-xcol_LSW-ybokweb.jpg
09_47_18_lapl5_ap565_LSW-eokweb.jpg

Aujourd'hui, les orages se succèdent. Toutefois, ce matin une éclaircie d'une quinzaine de minutes m'a permis de prendre cette photo ci-dessous.

 

Sans l'observatoire, ça n'aurait pas été possible de tout installer mon équipement avant l'averse.

Aussi, le Soleil entier en noir et blanc.

10_03_33_lapl5_ap281-ycol_LSW-cokweb.jpg
10_00_46_lapl5_ap487_LSW-cokweb.jpg

Le 19 juin, un Soleil tourmenté par les protubérances.

08_52_36_lapl5_ap303-xcol_LSW-cokweb.jpg

Le soir du 20 juin nous étions trois à St-Luc, Gilles, Clermont et moi après 23 jours d'attente d'une belle nuit!

 

Pour ma part, c'était la première lumière de ma nouvelle caméra QHY 163 mono sous le ciel de St-Luc. Une pollution lumineuse moins éprouvante qu'à Lévis pour la pauvre caméra.

Ce soir là j'ai pris en L-RGB l'Iris et Caldwell 33. Pour l'Iris, j'ai un total de 40 poses de 3 min (10 poses pour chaque filtre). Pour C 33, afin d'avoir une luminosité égale j'ai dû tenir compte du lever de la Lune vers 2h et me limiter à 25 poses de 3 min ( 10 poses en L et 5 poses pour les autres filtres).

Aussi, la veille à Lévis (19 juin), J'ai photographié avec la même caméra la comète C/2017 K2 Panstarrs. Pour celle-ci, c'est 20 poses de 1 min en luminance seulement. Le fond de ciel est évidemment épouvantable à Lévis! Vous pouvez aussi regarder une animation de son déplacement sur 25 min de pose : animation comète

c4_20juin22_RGB_a-net-dokwebbin.jpg
c2017k2 panstarr-19juin202-dbweb.jpg
c33-LRGB-20juin22-dokbwebbin.jpg

La nuit du 24 juin j'étais seul à St-Luc. Une belle nuit confortable à 15 C. Je pointe de nouveau Caldwell C 4 pour augmenter mes temps de pose en L-RGB et Ha. Aussi je prend quelques poses de Caldwell C 34 toujours en L-RGB et Ha. Vous avez les résultats ci-dessous.

NBRGBCombination1-c34-net-fx-cokweb.jpg
Combine1-20juin-24juin-aokweb.jpg

Le Soleil du 26 juin en H-alpha et deux sections.

08_40_25_lapl5_ap333-xcol_LSW-cxokweb.jpg
08_41_46_lapl5_ap269-xcol_LSW-cxokweb.jpg